Faire un don
Notre lutte

LE PARTI PROGRESSISTE DU TRAVAIL (PPT) se bat pour détruire le capitalisme - salaire esclavage. Les patrons et leurs laquais, ils crient: "Le communisme est mort!" Toutefois, il est le capitalisme qui est le véritable échec pour des milliards de personnes dans le monde. Le capitalisme a été restauré dans l'Union soviétique et la Chine parce que le socialisme ne pas effacer de nombreux aspects du capitalisme, comme les salaires et la division du travail.

Le capitalisme conduit inévitablement à la guerre. PPT organisent les travailleurs, les étudiants et les soldats à faire de ces guerres de la révolution communiste: la lutte pour la dictature du prolétariat. Cette lutte nécessite une masse Armée rouge dirigée par le PPT communiste.

Le communisme signifie travailler collectivement pour construire une société où la distribution est basée sur les besoins. Nous allons travailler à abolir les salaires, l'argent et des bénéfices. Tout le monde va ensuite partager les avantages et les charges de la société.

Le communisme signifie l'abolition du racisme et de la notion de race.

Le communisme signifie l'abolition de la spéciale oppression des femmes travailleuses.

Le communisme signifie l'abolition des nations et du nationalisme. Un groupe de travail de classe, un seul monde, un seul parti.

Le communisme signifie la Partie conduit tous les aspects de la société. Pour ce faire, des millions de travailleurs - enfin tout le monde - doit devenir communiste organisateurs. Rejoignez-nous!

Wednesday
Nov042015

Les dirigeants parient que la conscription sauvera l’empire génocidaire

« Moins de un pour cent des Américains ont la volonté et la capacité de servir. » – le général de division Jeffrey Snow, le responsable de recrutement de l’armée de terre des E.-U. (The Economist, le 24 octobre 2015).

Les dirigeants capitalistes des E.-U. se font des soucis. L’impérialisme états-unien domine encore le monde, contre les gangs rivaux de patrons qui gouvernent la Russie et la Chine. Mais du point de vue relatif, la puissance des E.-U. s’amenuise. Les patrons voient la gamme de leurs options se réduire. Afin de conserver leur empire au cours de la prochaine grande guerre terrestre, ils savent qu’ils auront besoin d’appeler sous le drapeau des masses de travailleurs états-uniens, qui devront perpétrer des massacres et se faire massacrer. Il leur faudra des travailleurs prêts à donner leur vie pour les intérêts étroits des capitalistes.

Click to read more ...

Sunday
Mar222015

La Rivalité Avec La Chine et la Russie, Jusqu’aux Portes des Etats-Unis !

Traduit de Challenge, 14 janvier 2015, page deux

 

Loin d’ouvrir une nouvelle ère de coexistence pacifique, l’ouverture envers Cuba décidé par Barack Obama reflète une rivalité accrue entre les puissances impérialistes. En restaurant des liens avec l’île des Antilles, Obama et les capitalistes états-uniens qu’il sert cherche à réaffirmer l’influence des Etats-Unis en Amérique latine aux dépens de la Russie, la Chine et le Venezuela. Alors que les médias contrôlés par les patrons états-uniens se concentrent sur les dimensions économique et politique, ce basculement comporte aussi une dimension militaire importante. Alors que les machines de guerre russe et chinoise visent Cuba, ce basculement états-unien signale l’accroissement de la probabilité d’un conflit mondial. 

Le Jerusalem Post, un journal favorable aux Etats-Unis, a loué (le 18 décembre 2014) le coup d’Obama en termes géostratégiques : « De façon alarmante, ces derniers mois les Russes se sont servis de Cuba afin de développer une présence menaçante, qui rappelle l’époque de la guerre froide, aux portes des Etats-Unis ». Pour les dirigeants états-uniens, un Cuba réhabilité fait baisser le risque de voir les Russes s’y installer « à un petit voyage en bateau des Keys de la Floride ».

Bill Gertz, un écrivain qui travaille pour le journal de droite Washington Times, qui appartient à l’Eglise de l’Unification, qui maintient des liens étroits avec l’agence de renseignements de la Corée du Sud, a révélé les dessous de l’affaire. D’après le New York Times du 3 décembre 2000, l’accès privilégié dont Gertz bénéficie lui a permis de publier « davantage d’informations confidentielles que n’importe qui d’autres en Amérique ». Gertz a écrit le 17 décembre que :

« Des mois avant le mercredi où le président Obama a annoncé qu’il cherche à en finir avec les sanctions économiques, imposées depuis des décennies, contre le régime communiste de Cuba, la Russie avait conclu un accord sécuritaire avec la Havane visant à renforcer ses liens militaires et en matière de renseignements avec l’île gérée par une dictature. » 

« On a annoncé l’accord entre la Russie et Cuba le 16 mai… L’accord sécuritaire a été signé alors que l’agence de renseignement des Etats-Unis se dit de nouveau préoccupé par les mesures que la Russie est en train de prendre afin de réaliser des vols de bombardiers armés de bombes atomiques au-dessus de la Golfe du Mexique et de la Mer des Caraïbes, peut-être avec l’aide de Cuba et du Venezuela. Les autorités russes ont entrepris des négociations avec les deux gouvernements pour permettre aux Tu-95 bombardiers Bear H russes, bombardiers qui ont une capacité nucléaire, l’utilisation de leurs aérodromes. Ces bombardiers ont réalisé un grand nombre de vols menaçants près des côtes états-uniennes ces derniers mois. Le ministre de la défense russe, Sergueï Choïgou, a affirmé le 12 novembre que la Russie commencerait à envoyer des bombardiers à long rayon d’action à la Golfe. ‘Nous devons maintenir la présence militaire [de la Russie] dans l’ouest de l’Atlantique et l’est de la Pacifique, aussi bien que dans la Mer des Caraïbes et la Golfe du Mexique, ‘ a-t-il dit, précisant que les bombardiers stratégiques seraient envoyés à la région pour réaliser des ‘manouvres’ »

Click to read more ...

Sunday
Mar152015

Un Nouveau Ministre de Défense : Davantage de Troupes, Davantage de Guerres

Editorial paru dans Challenge, le 11 mars 2015

Quatre jours après sa ratification par le Sénat des E.-U., le nouveau ministre de guerre de Barack Obama, Ashton Carter, est allé à Kaboul en Afghanistan et « a communiqué sur le possible ralentissement du retrait des derniers soldats américains dans le pays, afin qu’ils aident à tenir en échec les Talibans ». (le New York Times, le 22 février 2015). Son discours constitue un signal de plus indiquant que la classe capitaliste des E.-U. s’accélère vers une prochaine série de massacres pour le contrôle du gaz et du pétrole en Afghanistan et en Irak. La nécessité urgente ressentie par les patrons de défendre les bénéfices d’ExxonMobil en Asie centrale est signe d’une rivalité croissante avec les capitalistes de la Russie et de la Chine, qui luttent pour le contrôle de cette même région. Il semble qu’un nouvel envoi de soldats terrestres est inévitable. Une fois de plus, les dirigeants des E.-U. enverront des travailleurs combattre et mourir – surtout les jeunes immigrés qui ont peu d’autres options dans une économie caractérisée par un permanent chômage de masse.

Il y a presque un siècle, dans son livre L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, Vladimir Lénine a analysé le massacre qu’était la première guerre mondiale comme étant le résultat inévitable de la concurrence capitaliste pour le contrôle des ressources. Les communistes  russes ont organisé les travailleurs et les soldats et ont mis fin à la première guerre mondiale par la révolution ; les communistes chinois ont fait de même lords de la deuxième guerre mondiale. Aujourd’hui, alors que la rivalité entre les impérialistes s’intensifie, le Parti Progressiste du Travail organise la classe ouvrière dans 27 pays afin de transformer le prochain conflit global autour des bénéfices en une guerre révolutionnaire pour détruire le racisme et l’impérialisme et pour abolir le système capitaliste tout entier par le communisme !

Les patrons intensifient la planification de la guerre

Les dirigeants des E.-U. savaient ce que représente Ashton Carter, un militaire expérimenté, un pur et dur, qui dès 1994, pendant la présidence de Bill Clinton, a prôné une frappe préventive contre la capacité nucléaire de la Corée du Nord, alors même qu’il faisait remarquer qu’une telle frappe pourrait provoquer une guerre et un nombre de morts « horrible ». (Politico, le 2 décembre 2014). Lors des séances pour la ratification de sa nomination, devant la commission des forces armées du Sénat, il a prôné l’envoi en Ukraine d’une aide militaire en armes létales pour contrer les séparatistes pro-russes, une solution militaire pour infliger « une défaite durable » à l’Etat islamique en Syrie et en Irak, le maintien, sans limite dans le temps, du camp de concentration à Guantanamo et la reconnaissance que l’Iran représente une menace mortelle pour les intérêts des E.-U.

Click to read more ...

Sunday
Mar152015

La Perspective d’un Iran Nucléaire Intensifie Les Divisions au Sein de La Classe Dirigeante des E.-U.

Editorial traduit de Challenge, le 25 mars 2015

Le discours récent prononcé par le premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahou, devant le Congrès des E.-U., ainsi que le drame autour de ce discours, soulignent les évolutions géopolitiques et les divisions internes qui tracassent les impérialistes états-uniens. Alors que les ennemies des E.-U., l’Iran, la Russie et la Chine, se renforcent, les deux factions principales de la classe capitaliste des E.-U. se battent pour le contrôle de la politique étrangère des E.-U. envers l’Iran, pays riche en pétrole et en capacité nucléaire.

 

La faction principale des capitalistes des E.-U., sous Obama, semble moins disposée à se fier à Israël pour jouer le rôle de gardien du Moyen Orient. Mais certains Républicains éminents obéissent à des donateurs milliardaires, tel le magnat des casinos, Sheldon Adelson, qui prônent peu de, voire aucun compromis avec les ennemies des E.-U. ils montrent plutôt Israël comme la solution viable. Le discours de Netanyahou indique que les capitalistes des E.-U. sont en désaccord et ne sont pas prêts pour la crise imminente avec l’Iran.

Peu importe quelle faction de la classe dirigeante gagne, les travailleurs à travers le monde perdront en fin de compte. Les travailleurs financeront une guerre et se battront dans une guerre dont seulement les patrons tireront des avantages. Cependant, le Parti Progressiste du Travail, communiste et révolutionnaire, organise la classe ouvrière à travers le monde non seulement pour s’opposer à la prochaine guerre mondiale dont le but sera d’assurer les bénéfices des capitalistes – guerre prévue par le discours de Netanyahou – mais aussi pour débarrasser le monde du système capitaliste qui engendre ces guerres ainsi que le racisme, le nationalisme et le sexisme.

Click to read more ...

Monday
Jan192015

France : Le Racisme des Dirigeants Crée la Terreur.

 

Traduit de Challenge, le 15 janvier 2015

 Alors que les puissances capitalistes du monde s’unissent autour des dessinateurs humoristiques français (morts et vivants) de Charlie Hebdo, ils exploitent les meurtres afin de célébrer le mythe de « la liberté d’expression » (voir encadré) et d’intensifier le racisme contre les musulmans et les arabes. Les patrons français utilisent les événements afin de faire passer leur version du USA Patriot Act « afin d’autoriser une surveillance plus intrusive » (le New York Times, le 13 janvier 2015 » -- un nom de code pour des mesures répressives contre les manifestants et les dissidents.  Alors qu’ils ciblent des terroristes islamiques de petite envergure, les terroristes les plus grands – les Etats-Unis, l’Union européenne, la Chine, et la Russie – sont en train de manœuvrer afin de se procurer un avantage dans leur rivalité impérialiste croissante. Ils exploiteront les victimes à Paris dans la cause nationaliste et fasciste – et pour les guerres plus grandes à venir.

Les patrons européens et états-uniens doivent persuader des millions de jeunes de la classe ouvrière de penser qu’ils se battent contre le racisme en rejoignant l’armée afin de combattre l’Etat islamique (EI). Ce qu’ils craignent le plus, c’est que les jeunes et les travailleurs suivront l’exemple des rebelles à Ferguson dans le Missouri. Ça, c’est la véritable lutte contre le racisme : d’affronter l’emploi brutal du pouvoir d’Etat par les patrons et d’affronter l’appareil d’Etat (les flics, les tribunaux, les prisons) qui les soutient.

Des terroristes isolés ne pourront jamais vaincre le racisme des dirigeants. C’était les masses de la classe ouvrière en Union Soviétique, en Chine, et au sein des mouvements de Résistance qui ont écrasé les Nazis et leurs alliés fascistes japonais pendant la deuxième guerre mondiale. Le racisme pourra être anéanti uniquement par la violence révolutionnaire de masse de la classe ouvrière. Nous devons organiser des dizaines de millions de travailleurs sous la bannière du Parti progressiste du travail, révolutionnaire et communiste, pour détruire le capitalisme et pour construire une société gérée par les travailleurs : le communisme.

A la suite des dernières atrocités commises par Al Qaeda, les dirigeants des Etats-Unis ont fait des heures supplémentaires afin de dissimuler la source principale de la violence : la rivalité capitaliste pour le pétrole et le gaz. En réalité, les attaques en France proviennent de deux facteurs liés. Al Qaeda (avec son rival, l’EI) a l’intention de se saisir par la force (dont des attaques terroristes en Occident) des richesses énergétiques du Moyen Orient contrôlées par les Etats-Unis et leurs alliés. Simultanément, l’histoire longue et brutale du racisme contre les Arabes et les Musulmans de la part de l’impérialisme français pousse les terroristes, aidant les efforts de recrutement d’EI et d’Al Qaeda. Mais on n’apprendra rien de tout cela en lisant Foreign Affairs (le 7 janvier 2015), le journal du principal groupe de reflexion de l’impérialisme états-unien, le Council on Foreign Relations (CFR) :

« Le nombre de morts fait que l’attaque de cette semaine est la plus importante sur le sol français depuis l’occupation nazie – une étape très importante dans la campagne d’Al Qaeda contre l’Occident. Elle fait partie d’une longue suite de complots visant à tuer des personnalités médiatiques pour leur valeur symbolique en Occident en tant que modèles de la liberté d’expression et, pour certains Musulmans, en tant qu’exemples du mal de la laïcité. »

Click to read more ...